Skip to content
 
Le travail autonome (T.A. pour les intimes) est un concept qui est régulièrement replacé sous le feu des projecteurs depuis les années 80. Devenu intimement lié aux écoles à pédagogies alternatives qui l’organisent souvent comme un moment en soi dans l’horaire des élèves, il peut revêtir de nombreuses formes différentes que j’ai pu expérimenter au gré des établissements et des niveaux dans lesquels j’ai enseigné.

Le principe de base reste toujours à peu près le même : l’élève reçoit des tâches à accomplir dans un délai imposé (souvent des exercices, mais pas exclusivement). Pour y parvenir seul, tous les outils lui sont donnés (auto-correctifs, grammaires ou fiches-outils, ressources encyclopédiques, espaces de recherche…).

Par ce type d’activités, l’élève développe non seulement son autonomie, mais aussi la responsabilisation, l’auto-évaluation et la gestion de son temps. Côté enseignant, ces heures permettent souvent de consacrer davantage d’attention et de temps aux élèves en plus grande difficulté.

Pour un travail efficace, quatre critères :
  • Le travail doit faire sens et se connecter d'une manière ou d'une autre aux apprentissages de l'élève
  • La tâche doit pouvoir être à portée de l'élève, elle doit offrir un défi qu'il est à même de surmonter seul
  • La production ou le résultat doit être validé au moins à un moment donné, l'élève doit pouvoir évaluer la qualité du travail qui a été fourni
  • Des pistes d'aide doivent être fournies pour surmonter les éventuelles difficultés (des correctifs sans outils pour les comprendre ne seraient pas porteurs)
 

De toutes les formes que j’ai pu exploiter, deux me semblent suffisamment abouties pour être présentées ici. Elles ne dépendent pas d’une même temporalité et peuvent donc être réalisées au cours d’une même année.

La première me permet de m’assurer à l’entrée en 3e année d’une mise à niveau de tous en grammaire ; la deuxième de faire travailler les élèves de manière régulière et selon leurs besoins sur des aspects du cours que je développais moins jusqu’ici (entraînement à la version, travail d’étymologie, histoire de l’art…).

J’organise ce type de travail autonome dès le début de l’année, au moins en troisième, mais le répéter les années suivantes, éventuellement avec de nouveaux objectifs) a souvent encore du sens.

  • Objectif : passer une évaluation sur chaque sujet de grammaire listé
  • Temporalité : toutes les heures du cours durant deux à trois semaines
  • Matériel à disposition : des fiches d’exercices et leurs correctifs, des aide-mémoires grammaticaux, une liste de vocabulaire

Les élèves reçoivent tout le matériel dès la première heure (les correctifs et les aide-mémoire n’existent qu’en un seul exemplaire laissé à l’avant de la classe) et disposent de dix heures de cours pour passer cinq évaluations. Ils ont l’intitulé des évaluations et connaissent les numéros des fiches d’exercices qui correspondent à une préparation à cette évaluation.

Dès qu’ils se sentent prêts à passer une évaluation, celles qu’ils veulent, ils en reçoivent un exemplaire, la passent et poursuivent ensuite leurs révisions sur de nouveaux points de grammaire et de nouvelles fiches. Je possède donc plusieurs jeux de questions pour chaque sujet d’évaluation.

Au terme de ces dix heures, la matière est généralement très bien assimilée par la grande majorité des élèves et j’ai une vision claire des points de matière pour laquelle la classe rencontre encore des difficultés et sur lesquelles je travaillerai en priorité au gré des premiers textes.

Ressources disponibles
Les 23 fiches d’exercices et leur correctif.

(Les QR Code sur les fiches seront actualisés prochainement pour correspondre à la nouvelle structure du site)
Les 4 aide-mémoires qui récapitulent la théorie nécessaire à la réalisation des exercices.
La liste du vocabulaire utilisé dans les exercices des 17 premières fiches.

Les fiches suivantes supposent que la fiche 28 sur la recherche au dictionnaire soit maîtrisée.
Les consignes du travail autonome en 2e, 3e et 4e années.

Elles reprennent aussi le vocabulaire nécessaire.
Les tableaux utilisés pour le suivi des élèves pour s’assurer qu’ils avancent tous dans leur tâche et relancer ceux qui risquent de ne pas avoir le temps d’achever.
Les jeux d’évaluation sur chaque sujet annoncé en début d’activité.Pour chaque sujet, il y a cinq versions de l’évaluation.
Une autre version de fiches de grammaire que j’exploite pour la découverte autonome du fonctionnement de latin en première année dans un cours de culture antique.

Le principe d’évaluation restait le même mais étalé sur une année scolaire.
Les correctifs des fiches de cette version adaptée.