Titre   Mise en contexte   Vocabulaire   Traduction

L’homme préhistorique

S’intéressant aux progrès de l’homme à travers son histoire, Lucrèce décrit le mode de vie des hommes primitifs…

Necdum res igni scibant tractare neque uti
pellibus et spoliis corpus vestire ferarum,
sed nemora atque cavos montis silvasque colebant
et frutices inter condebant squalida membra
verbera ventorum vitare imbrisque coacti.
Nec commune bonum poterant spectare neque ullis
moribus inter se scibant nec legibus uti.
Quod cuique obtulerat praedae fortuna, ferebat
sponte sua sibi quisque valere et vivere doctus.

Lucrèce, De natura rerum V, 953-962.

necdum : pas encore
res, rei : la chose, l’affaire
ignis, is : le feu
scio, ire, scivi, scitum : savoir
tracto, are, avi, atum : tirer
utor, i, usus sum : utiliser
pellis, is : la peau
spolium, i : la dépouille
corpus, oris : le corps
vestio, ire : vêtir
fera, ae : la bête sauvage
nemus, oris : le bois
cavus, i : la caverne
mons, montis : la montagne
silva, ae : la forêt
colo, ere, colui, cultum : habiter
frutex, ticis : la broussaille
inter (+ acc.) : au milieu de, parmi
condo, ere, condidi, conditum : cacher
squalidus, a, um : malpropre
membrum, i : le membre
verber, eris : le coup
ventus, i : le vent
vito, are, avi, atum : éviter
imber, bris : la pluie
coago, ere, egi, actum : forcer, contraindre
communis, is, e : commun
bonum, i : le bien
possum, posse, potui : pouvoir
specto, are, avi, atum : observer, chercher
ullus, a, um : chaque, chacun
mos, moris : l’habitude, la coutume
lex, legis : le lieu
quisque, quaeque, quodque : chacun, chaque
obfero, ferre, tuli, latum : offrir
praeda, ae : le butin
fortuna, ae : la fortune
fero, ferre, tuli, latum : porter, emporter
sponte sua : spontanément
valeo, ere, valui : être fort, se porter bien
vivo, ere, vixi, victum : vivre
doceo, ere, docui, doctum : enseigner, apprendre

Ils ne savaient pas encore tirer des choses du feu, ni utiliser des peaux et vêtir leur corps de dépouilles de butes, mais ils habitaient des bois et des cavernes de montagne et des forêts et cachaient leurs membres malpropres au milieu des broussailles, forcés à éviter les coups des vents et de la pluie. Ils ne pouvaient chercher le bien commun et ils ne savaient utiliser entre eux aucune coutume ni loi. Et chacun ayant appris à être fort et à vivre pour lui-même spontanément emportait ce que de butin la fortune avait offert à chacun.

Langue Difficulté
Latin 3 étoiles
Thème(s) Longueur
Histoire
Philosophie
Poésie
59 mots

Leave a Comment