En observant les mots du quatrième texte, les élèves recomposent le tableau de la troisième déclinaison. La théorie permettant de différencier le masculin du féminin n’est vue qu’en deuxième année pour alléger la masse de connaissances à assimiler en première année.

Il a aussi été décidé de ne pas aborder les pari- et les imparisyllabiques. Premièrement parce que cette théorique n’est qu’un « truc » sans aucune valeur linguistique valable ; ensuite parce que la suppression de l’exercice de thème du programme de latin rend caduque la nécessité de savoir quand il faut ou non un i au génitif pluriel.

Cours :
Latin

Année :
Première

Partie :
Grammaire

Associé :
« Puissent les dieux !« 

Leave a Comment